Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rupert Wenlock-Larkin
Rupert Wenlock-Larkin
Professeur
Tell me who you are...
Date d'inscription : 18/08/2015
Parchemins : 193
Points d'activité : 34
Avatar : Kyle Eastwood
Crédits : Melody & Chauncey
Multicomptes : Harmony K. Sharen
Image : Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" Kyle-eastwood-o
Âge : 40 ans
Année : /
Cursus : Droit et science politique
Situation financière :
  • ★★★★★

Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" Empty
MessageSujet: Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne"   Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" EmptyMar 1 Nov 2016 - 22:45

Jeudi 23 octobre 1997, 14 heures.


Une semaine avant le début de ses cours, le professeur Wenlock avait épinglé sur le panneau d'affichage un mot informatif, renvoyant à une pile de synopsis près de l'accueil. Le plan du cours y était détaillé, ainsi que le sujet de la première leçon. Les étudiants y trouvaient également une bibliographie indicative pour chaque séance. Le but n'était évidemment pas de les surcharger de travail : Rupert était bien placé pour savoir qu'un étudiant avait mieux à faire que de lire le Léviathan un jeudi soir. Toutefois, il espérait que cette approche les mette en condition pour un cours plus interactif.

En effet, il avait longuement discuté avec son assistante de la possibilité de faire travailler les étudiants en ateliers, puisque leur nombre empêchait un véritable échange dans une configuration de cours magistral. Désormais que Rupert n'était plus seul à assurer cet enseignement, une autre solution pouvait être formulée.
C'était ainsi que dans l'habituel amphithéâtre Westminbrook, le professeur Wenlock avait choisi d'accueillir les première et deuxième année pour un cours d'introduction aux systèmes politiques sorciers, en stimulant leur imagination, leur curiosité, et leurs valeurs. Avec Miss Flynn, il s'était décidé pour le thème du Système politique idéal.

Pour lui, être jeune signifiait encore croire en quelque chose, avoir l'espoir que l'empreinte qu'on laisserait sur ce monde porterait et faire au mieux pour que la société se dirige vers ce que l'on souhaitait pour elle, pour ses semblables. Il fallait être créatif, oser sortir des sentiers battus : se poser des questions et envisager des réponses. Le meilleur moyen pour cela était de débattre.
Ce n'était qu'ainsi qu'on était poussé à formuler ses idées, à leur donner un corps et les rendre audibles. Confronter sa pensée à celle des autres permettait d'argumenter, de réaliser la faiblesse d'un point de son raisonnement, de la force d'un autre. Enrichir ses conceptions d'éléments exogènes à sa propre socialisation. S'extraire de son narcissisme pour s'améliorer, en somme.

Or les étudiants de deuxième année avaient rendu au semestre précédent un devoir sur un projet de préambule de Constitution, pour le Monde magique. Le sujet du jour leur permettrait de prendre des éléments de leurs travaux. Par ailleurs, le thème étant élargi, il encouragerait les nouveaux étudiants à s'exprimer, à se positionner et donner du sens aux cours qui démarraient.

« Bonjour à toutes et à tous. Je suis le professeur Rupert Wenlock, dit également Larkin. Certains d'entre vous me connaissent déjà. J'enseigne depuis l'an dernier le droit et la science politique dans ces murs. Pour me présenter, je dirai simplement que je suis un ancien Oubliator, également journaliste politique en freelance et chercheur en science politique. Mon assistante, Miss Flynn, est une juriste spécialisée en droits de l'homme. J'ai la chance qu'elle m'aide dans l'organisation de mes cours et elle sera à votre disposition pour toute question. Sachez également que j'ai des horaires de permanence dans mon bureau et que vous pouvez m'envoyer un hibou, par ailleurs. N'hésitez pas à nous contacter l'un ou l'autre. » Il s'interrompit et des lettres blanches furent tracées au tableau, annonçant le sujet du jour.

« Bien. Comme vous le savez, notre monde magique a été sous le coup d'une crise politique sans précédent dans les dernières décennies : la fin du Secret magique, la coopération accrue entre le Royaume Uni moldu et sorcier, la guerre civile et puis les conséquences internationales de ces troubles, avant de revenir au Secret... et à un semblant de stabilité, de retour à la normale au cours de l'été. » Il fit une pause et s'assit sur son bureau. « C'est pourquoi, Miss Flynn et moi-même, considérons que le début de vos études supérieure est une opportunité pour vous faire réfléchir à ce qui fonctionne, ou ne fonctionne pas, avec notre système politique. Nous organisons aujourd'hui le cours sous forme d'ateliers. Vous allez vous regroupez par trois ou quatre et débattre de vos idéaux, du fonctionnement de notre société actuelle. Le but est de vous faire formuler trois constats, enjeux et éventuellement des réponses à ces questions. »

Il se leva à nouveau et s'approcha de son auditoire. « C'est peut-être un peu brusque, dit comme ça, mais imaginez-vous que vous êtes, entre amis, dans un club de débats ou en train de boire un café. De quoi rêvez-vous ? Qu'est-ce qui est imaginable ? Que faut-il changer, garder dans le Ministère de la Magie ? Il faut qu'il n'y ait aucun tabou. » Il leur sourit chaleureusement. « Cela vous donnera un éclairage, pour les cours suivants. Demandez vous, que vous souhaitiez devenir fonctionnaire, politicien, journaliste – citoyen ! Demandez-vous ce qui vous anime. » Une pause. « Miss Flynn et moi passerons d'un atelier à l'autre pour répondre à vos questions, vous en poser d'autres etc. » Et avec un geste théâtral, il leur fit signe de commencer et retourna près de la jeune femme, l'expression particulièrement enthousiaste.

HRP a écrit:

Les étudiant-e-s de deuxième année ont eu, le semestre précédent, un devoir sur la Constitution. Ce cours suit le rendu de ce devoir et inclut les élèves de première et de deuxième année. Vous vous organisez en groupes de trois personnes pour discuter en réponse aux questions posées par le professeur. Le professeur et son assistante parcourent la salle pour réagir à vos interrogations, vous donner des pistes.

Jeu du placement :
Vacances, cuiller, liberté, espoir, manger, purée, vacances, éther, mal, doigt, thé, clefs, café, draps, citrouille

  • 1 point par mot placé dans la narration
  • 2 points par mot placé dans les dialogues

La ou le joueur-se avec le plus de points gagne une récompense RP Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" 3060980363 liée à son cher et tendre professeur

J'invite les MJ d'Haveirson à faire ce que bon leur plaira, durant ce cours Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" 661052868

Je posterai un peu moins d'une fois par semaine, pour vous laisser le temps d'arriver et de jouer les ateliers.
Revenir en haut Aller en bas
Eireen Mattesson
Eireen Mattesson
Tell me who you are...
Date d'inscription : 01/11/2016
Parchemins : 24
Points d'activité : 200
Avatar : Diana Moldovan
Crédits : Chaun' <3
Année : Première année
Cursus : Journalisme
Métier : Reporter
Situation financière :
  • ★★☆☆☆

Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" Empty
MessageSujet: Re: Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne"   Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" EmptyDim 6 Nov 2016 - 22:45

 Le cours de science politique, ça lui rappelait furieusement ses cours par correspondance moldus. Ceux-là même qu’elle lisait en haussant les sourcils, en secouant la tête et en soupirant. Quelque fois, de rage, elle les lançait à travers la pièce en développant une tirade sur les bienfaits de l’anarchie, en serrant entre ses poings les draps de son lit. Voilà, ce qui serait idéal : une anarchie. Plus de système, rien, juste des citoyens et un joyeux chaos. Liberté ! Espoir ! Plus de règle, plus de séparation.. plus rien. C’était généralement à cet instant qu’elle allait ramasser son livre de cours pour se remettre à la lecture, en marmonnant quelques jurons.  

Cette fois, il y aurait un professeur à qui poser ses questions et elles étaient nombreuses. Et ce d’autant plus que, finalement, elle connaissait mal le système magique et encore moins son système politique, perdue qu’elle était dans l’éther de ses rêveries encore enfantines. Comment changer une citrouille en carrosse, elle savait ; lire dans les feuilles de thé, elle savait ; changer la couleur d’une purée, elle savait ; expliquer le système politique magique, non, elle ne savait pas. Cela ne l’avait d’ailleurs jamais attiré.

Dans sa chambre, elle réfléchissait à ce que serait ce cours et à comment elle pourrait combler ses lacunes. Il donnerait sans doute des clefs quant au raisonnement à avoir, définirait des bases sur lesquelles rebondir. Avec espoir, elle faisait valser la crema de son café avec sa cuiller, brisant les molécules pour les reformer dans un nouvel ensemble tout en imaginant à quelle sauce elle allait être mangée.

Mais déjà, c’était l’heure. Elle mit quelques couleurs sur ses pommettes, accentua ses yeux par du maquillage noir, du rouge sur ses lèvres et ébouriffa sa tignasse brune comme dernière touche d’élégance. Les vacances étaient terminées. Eireen quitta sa chambre au donjon et monta les étages jusqu’à l’amphithéâtre Westminbrook. « Bonjour, Professeur »  fit-elle en souriant. « L’esprit est épris de liberté, ô fol espoir d’un monde sans limite. » murmura-t-elle après l’avoir fixé, un peu trop intensément pour que ce soit poli. Bien vite, elle prit place au troisième rang.

Elle déposa alors avec soin sa sacoche à ses côtés et sortit parchemins et plume. Elle était prête. Du bout des doigts, elle suivit les stries présentes sur son pupitre, en pensant aux étudiants qui étaient déjà passés par là. Le Professeur prit la parole et elle écouta. Professeur de droit. Avec une moue, elle fit tournoyer sa plume entre ses doigts. Le droit est-il réellement nécessaire ? Ce ne sont que des règles inventées, entravant les esprits libres, créant des barrières et d’autres règles encore pour pouvoir mieux contourner les premières. Ridicule. Juriste. Droits de l’homme. Pourquoi seulement des hommes ? Pourquoi pas de l'humain ? Elle inscrivit ces éléments sur son parchemin, distraitement, en mordillant sa lèvre inférieure. Trois constats/enjeux sur ce qui fonctionne ou non dans le système politique actuel, griffonna-t-elle, un sourire en coin. A la suite de ces inscriptions, elle fit un point d’interrogation et nota : hypocrisie, ambitions personnelles, mensonges, corruption, puis trois petits points. Compétence ?

Eireen leva le nez de ses parchemins et observa autour d’elle, à la recherche de ses futurs coéquipiers de débat.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t21692-eireen-mattesson-etrange?highli
Invité
Tell me who you are...
Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" Empty
MessageSujet: Re: Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne"   Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" EmptyLun 7 Nov 2016 - 18:45

Il lui était singulier de revenir entre ces murs autrefois si appréciés ; de fouler le sol d’un temps définitivement révolu et regretté. Abscons. Balayé par des mois incertains, esseulés et dramatiques. Ceux, durant lesquels, son âme s’était enlisée dans la perdition la plus amère qui soit. Et, dont, désormais, il ne restait plus qu’une empreinte mourante et étiolée par la disparition de son créateur.

Sur son bras gauche.

Nul doute que les choses étaient mieux ainsi. En dépit du procès et de tout le reste. Qu’il ne pouvait espérer que remonter la pente – et, tout du moins, paraître irréprochable et nonchalant aux yeux du commun des mortels.

Rowan tentait de s’en convaincre, intérieurement ; dans l’espoir de diluer la culpabilité qui rongeait parfois ses veines. Des cauchemars qui survenait, de façon erratique et imprévue, dans ses nuits les plus noires. Et des murmures lâchés avec appréhension au-devant des psychomages ; tout ce qu’il avait vu et entendu le hantait. De sa première sommation par Christopher à l’horrifique bataille de Poudlard.

Les méandres de sa mémoire ne faisaient que remplir toujours plus le tissage de cette période. Un traumatisme que la bienveillance de ses aînés tentait de contenir. Tandis que lui, impérial et implacable, dissimulait soigneusement cette abîme. Cet éther douloureusement humain et imparfait. Ce soufre de l’esprit. Acide. Désagréable. Que rien ne devait trahir. Rien. Pas même un souffle malheureux.

Il était Empereur – même dans sa déchéance la plus éminente – et ne pouvait que rester droit. Se contrôler jusqu’aux infimes fractions de son être. Intouchable. Intouché.

Et c’est ce qu’il fit, ce jour, en allant prendre place dans l’assemblée des étudiants à l’amphithéâtre Westminbrook. Après avoir adressé une inclination du menton à son enseignant ; son protecteur. Piqué d’une réverbération sentencieuse et infiniment redevable. « Messire Wenlock. » Un usage coutumier et aristocratique dans les apparences – beaucoup plus intime dans les notes diffuses qu’il laissait entendre dans la tonalité mesurée des mots employés.

N’était-il pas son maître d’Occlumancie ?

En des mouvements lents et maniérés, Rowan gagna la proximité d’une brune camarade. Il s’agissait de composer des groupes, n’est-ce pas ? Quoi qu’il lui sembla préférable d’établir ses réflexions sur quelques parchemins, avant de lancer les hostilités. Demandez-vous ce qui vous anime.

Le premier mot, l’évidence : la survie. La sienne. Celle de ses proches. Des sorciers. La continuité du monde magique. La nécessité d’en préserver la magie, sans pour autant s’abrutir par de risibles idéologies. Sa plume s’immobilisa une fraction de seconde, avant d’oser évoquer ses plans. Leurs plans. L’aristocratie : la changer. Enterrer la théorie de la pureté du sang – et fonder une élite qui soit davantage liée à son peuple.

Et non pas détestée ou crainte.
Revenir en haut Aller en bas
Chris Hamilton
Chris Hamilton
Confrérie Phénix
Tell me who you are...
Date d'inscription : 07/02/2016
Parchemins : 387
Points d'activité : 116
Avatar : Stephen Amell
Crédits : Hazel **
Multicomptes : Alexandre Wojcinska
Âge : 21 ans
Année : 2ème année à Haveirson
Cursus : Journalisme
Métier : Call me Mister Fahrenheit
Situation financière :
  • ★★★☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 27/37/47
Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" Empty
MessageSujet: Re: Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne"   Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" EmptyMar 8 Nov 2016 - 9:28

- Purée, ils mériteraient que je n'y aille pas pour compenser mes "vacances" passées à être enfermé ici.

Voici les premiers mots de Chris au réveil, alors qu'il était encore emmitouflé dans ses draps. A midi. Sa motivation pour aller en cours était palpable, de toute évidence. D'un autre côté, on ne pouvait lui en vouloir, ni même aux autres qui, toutes les vacances durant, avaient été privés de leur liberté de sortir hors du château. Leur liberté de vivre, si j'ose dire. Mais il devait y aller aujourd'hui, il n'avait pas le choix. Il l'avait promit. Puis elle serait là. Ça ne pourrait pas aller mal avec elle à ses côtés. Enfin, dans la même pièce quoi. Cette idée en tête, il se résolu à sortir de sous sa couette pourtant si tiède et confortable pour filer se doucher. Depuis qu'il vivait avec sa cousine Brook chez les Phénix, le portugais avait comprit que, s'il souhaitait avoir un accès quelconque à la salle de bain avant les cours, il fallait se lever avant ou bien après elle. Le choix n'avait pas été compliqué et il se réveillait le plus souvent assez tard. Une fois propre et l'esprit frais, il se pressa de s'habiller pour avoir le temps de passer prendre un petit quelque chose à manger. Il n'était pas question d'affronter ce début de journée le ventre vide.

Le café n'ayant jamais été sa tasse de thé, il se rabattit sur du jus de citrouille frais et quelques viennoiseries, ruminant sur ce qui l'attendait. Le professeur était très sympathique, l'assistante parfaite mais... Pour être tout à fait franc, la politique n'avait jamais été sa matière favorite, loin de là. Mais son choix de cursus ne lui avait guère laisser la liberté d'y échapper, alors il avait assumé et s'était forcé. Il était clair que sans cet atout, il serait incapable de devenir un journaliste digne de ce nom. Mais jusqu'ici, sa relation avait ce domaine était plus quelque chose comme : “Au lieu de donner à un politicien les clefs du pays, on ferait mieux de changer les serrures.” Il faut dire qu'être né deux ans seulement après la fin de la dictature dans son pays lui avait laissé clairement voir ce qui, lorsqu'on donnait un peu trop de pouvoir et de liberté à une même personne, pouvait se passer et les répercussions que cela avait sur le peuple à travers les âges. Certes, il était conscient que tous n'étaient pas comme ça, mais la majorité du temps, c'est bien trop tard que l'on s'en rendait compte... Sur cette pensée joyeuse, il termina d'avaler son pain au chocolat et parti en direction de la salle de classe.

Quelques élèves étaient déjà là à son arrivée pourtant avancée. Une bonne moitié qu'il ne connaissait pas, un quart auxquels il avait déjà parlé de temps à autres et enfin une dernière catégorie d'amis qu'il pouvait considérer comme proches. Chris salua son cher ami Rowan d'un signe de tête franc mais décida se s'installer dans le fond de la salle, où il se ferait moins remarquer, avec de la chance. Hazel n'était pas encore là mais elle ne devrait pas tarder. Ce serait le premier cours qu'ils suivraient à deux depuis leur réelle mise en couple et il se sentait un peu anxieux, ne sachant pas comment agir. Un vrai gosse mal assuré. Quelques minutes passèrent et finalement, la salle fut pleine. Elle aussi, se trouvait là. Hazel. Certains disent que l’espoir a les yeux brillants ou encore qu'il fait vivre. Si cela était vrai, Hazel était son espoir. Alors qu'il était au bord du gouffre de la dépression, suspendu et ne tenant plus que par quelques doigts désespérément accrochés, elle lui avait tendu la main. Petit à petit, elle l'avait soigné de son mal, le ramassant à la petite cuillère. Alors que Chris soignait son mal de vivre à l'alcool comme les poètes, fut-il un temps, le faisaient à l'éther, elle avait su le tirer de cette pente plus que dangereuse.

Mais là n'était pas le sujet. Il devait se concentrer et travailler. L'ancien Sinistros avait bon espoir de s'améliorer dans la matière, ayant suivi avec application les conseils du professeur concernant les lectures conseillées. L'enseignant expliqua comment se déroulerait le cours et déjà l'esprit du garçon se mit au travail. Le sujet était très vaste et libre, ce qu'il pouvait apprécier. L'idée d'interagir avec ses camarades étaient séduisante aussi, permettant ainsi d'instaurer un échange et un débat élevant les esprits. L'élève jeta un regard circulaire dans la salle pour voir avec qui il pourrait bien se mettre en groupe. Rowan et sa voisine semblaient former un groupe encore incomplet mais Chris ne se sentait pas encore au niveau pour débattre avec son ami de Poudlard. Lui avait grandi là dedans, l'avait étudié sans relâche et prévoyait d'en faire son métier. Le portugais ferait bien pâle figure face à lui et risquait de vite tomber à court d'arguments ou de n'énoncer que des évidences. En attendant de voir si quelqu'un tenterai de former un groupe avec lui, il griffonna sur son cahier ce qui, selon lui, devrait être. Ce qui, à ses yeux, serait la clef de voûte d'une société fonctionnelle. Levée du secret. Cohabitation et lutte contre les incompréhensions entre moldus et sorciers. Disparition des inégalités entre rangs sociaux et selon le degré de pureté du sang.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mmhp-forum.com/t19847-chris-hamilton-i-actually-thoug
Hazel Flynn
Hazel Flynn
Sorcier
Tell me who you are...
Date d'inscription : 18/02/2016
Parchemins : 140
Points d'activité : 32
Avatar : Willa Holland
Multicomptes : Isaac & Perséphone
Âge : 23 ans
Année : .
Situation financière :
  • ★★☆☆☆


Fiche de duelliste
Seuils de réussite: 50 - 50 - 50
Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" Empty
MessageSujet: Re: Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne"   Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" EmptyMar 8 Nov 2016 - 22:42

Si les portes d'Haveirson s'étaient ouvertes il y avait plusieurs semaines déjà, après un été au cours duquel la privation de liberté avait été plus que mal vécue, il semblait à Hazel que les vacances s'étaient attardées un petit peu plus longtemps. D'abord parce qu'elle avait obtenu de Rupert qu'il la laisse passer le premier mois de l'année scolaire chez ses parents, histoire de resserrer les liens familiaux mis à mal par les mensonges et l'éloignement, ensuite parce qu'ils avaient beau se retrouver régulièrement pour planifier un cours d'un nouveau genre, dans l'espoir d'attiser un peu plus la curiosité des étudiants, rien n'avait réellement commencé. Jusqu'à ce jour, elle n'avait d'assistante que le titre, et tout ce qu'elle avait pu faire jusqu'ici pour l'honorer était de trouver un livre pour une sorcière de première année qui ne semblait pas plus comprendre l'organisation de la bibliothèque mieux qu'elle-même l'année précédente.

Aujourd'hui donc, était son premier vrai jour de travail après ces longues vacances pour le moins particulières, et Hazel était à la fois angoissée et excitée. Entortillée dans ses draps, plus mal au crâne encore que si elle avait inhalé des vapeurs d'éther toute la nuit, elle se réveilla en sursaut. Ses doigts se perdirent dans sa chevelure désordonnée et un bref instant, elle eut l'espoir de pouvoir arranger les choses juste en les peignant d'une main malhabile, mal réveillée. Elle plissa les yeux, incommodée par les rayons d'un soleil un peu trop haut à son goût et soupira. Il fallait éclaircir son esprit, qui semblait complètement étouffé perdu au coeur d'une purée de poix désagréable. Un café, un thé, un jus de citrouille ou d'orange... n'importe quoi lui conviendrait pour peu que cela estompe cette impression d'avoir la bouche pâteuse.

Mal lunée, elle se dirigea vers la cuisine, et d'un coup de baguette, prépara la boisson qui lui semblait la plus à même de la sortir de cet état second. Elle but son café et, avec sa maladresse matinale – bien qu'il soit déjà un peu plus de midi – se cogna contre le bord du plan de travail, lâchant sa cuiller sous le coup de la douleur. Une journée qui commençait plutôt mal, en somme. Elle frotta ses doigts en grommelant, décida que manger attendrait, peu décidée à déclencher une catastrophe en tentant de faire griller un toast et décida d'abandonner son appartement pour Haveirson, avec l'espoir que le reste de la journée serait plus clément. Elle s'attarda pour une caresse à Patrol, le clabbert de Chris qui s'était réfugié sur le lit aux premiers signes de la maladresse d'Hazel et dont la loupiote rouge clignotait à travers les draps, signe que les tâtonnements de la sorcière l'inquiétaient au plus au point.

« Tu sais bien que je ne te fais pas de mal. Je te donne à manger, ce n'est pas pour te torturer après. »

Mais rien à faire. Si ce n'était pas la première fois qu'il passait là nuit ici, la jeune femme étant anxieuse depuis quelques temps et appréciant d'avoir cette alarme vivante avec elle lorsqu'elle devait dormir seule, il ne semblait pas s'habituer à sa maladresse habituel.

Elle s'éclipsa donc, fermant à clefs d'un coup de baguette – même s'il était délicat de parler de clefs quand il ne s'agissait en réalité que d'un sort et, réalisant l'heure, se mit à courir, ayant peu d'espoir concernant sa ponctualité. A mi chemin, après s'être fait mal en trébuchant contre une pierre, elle se souvint qu'elle était maintenant capable de transplaner et en un crac sonore, se retrouva devant les portes d'Haveirson. Quelques minutes plus tard, elle était devant la porte, essoufflée mais à l'heure, et pas la dernière, ce qui n'était déjà pas mal.

Un sourire à Rupert, un coup d'oeil dans la salle déjà animée, et le stress monta. Finalement pour l'éther, elle n'était plus tout à fait contre. Si cela pouvait anesthésier sa trouille, c'était bon à prendre. Elle s'était pourtant déjà tenue aux côtés de l'enseignant avant les vacances, ce n'était pas sa première fois mais c'était différent. Comme si les quelques mois d'emploi à Haveirson l'année passée n'avaient été qu'un jeu, un test. Comme si cela avait pu s'arrêter à tout moment, malgré l'espoir ardent que rien ne change. Mais rien ne s'était arrêtée. Et aujourd'hui, avec le programme établi avec le professeur Wenlock, avec ce projet d'atelier… Elle avait le sentiment de gagner en importance, de servir réellement. Ses doigts se crispèrent sur la sangle de son sac et elle avança vers Rupert. Excitée, terrifiée, épanouie, résignée. Un large sourire apparut sur son visage et elle le salua.

« C'est le moment de vérité. J'ai hâte de voir ce que votre idée va donner. Ils conservent pas mal de liberté, ça devrait leur plaire. Vous n'êtes pas nerveux vous ? »

Bien sûr que non. Il était adulte lui, il était… classe. Il n'était pas nerveux. Si elle avait l'espoir que tout se passe bien, il devait en avoir la certitude, c'était certain. Rupert était génial, compétent… Non, tout irait bien. Et elle avait passé une partie des vacances à profiter d'avoir accès à la bibliothèque pour lire autant de livre concernant sa matière qu'il était humainement possible de le faire. Merlin qu'elle avait hâte ! Elle se mit un peu en retrait, écouta Rupert expliquer le déroulement de cette première session en balayant la salle du regard. Jusqu'à ce qu'il rencontre celui de Chris. Ses joues prirent une teinte de citrouille trop mûre et elle esquissa un signe aussi discret que possible, avant de reporter toute son attention sur Rupert.

Dans les couloirs, elle prenait la liberté d'agir en petite amie, sans même s'être vraiment demandé si c'était mal. Elle n'était pas enseignante après tout, Elle n'avait pas l'influence pour que ce soit mal vu, perçu comme de l'abus d'autorité et l'écart d'âge… Non. L'âge ne comptait pas. Ils ne faisaient rien de mal et même si la relation en tant que telle était récente, ils se tournaient autour déjà avant les vacances, donc si rien ne leur avait reproché, tout allait bien. Mais ici, dans la salle, sous le regard de Rupert et des camarades de Chris, c'était différent. Elle était partagée entre ses émotions qui prenaient un peu trop de liberté à son goût et sa conscience, l'envie de compartimenter. Mais si ne serait-ce que croiser son regard la faisait rougir… elle était dans de beaux draps !

Hazel inspira longuement et se tint prête, attendant que les groupes se forment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" Empty
MessageSujet: Re: Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne"   Cours de science politique - Ateliers "Quel système politique idéal pour la Grande-Bretagne" Empty

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

MMHP :: Boîte à Souvenirs-